*
* gradient

Pour une France de bien-logés

par Elisabeth Lelogeais le 03/10/2011 | Theme : Qualité de vie

L’idéal d’une France de propriétaires a fait « pschitt » pour glisser plus pragmatiquement vers celle d’une France de bien-logés dans un contexte de prix qui ne cessent d’augmenter et d’une politique du logement peu efficace. Tel est le regard des français sur le logement mis en exergue dans le sondage Ipsos réalisé pour Nexity.

Chaque année, Nexity, positionné à la fois sur le neuf, sur l’ancien avec des réseaux d’agences dont Century21 et sur l’asset management fait réaliser un sondage pour connaître  leur perception de la situation du logement. Le sondage, réalisée par Ipsos comporte un volet Grand Public de 1 000 personnes interviewées par téléphone entre le 22 et le 25 août mais aussi un volet Elus de 351 personnes (parlementaires, conseillers généraux et régionaux, maires, adjoint à l’urbanisme) également sondées par téléphone du 5 au 27 juillet.

Une France de bien-logés : un objectif pour 86% des français et 81% des élus

Le diagnosticfait par les Français comme par les élus est convergent et sans appel, la situation est catastrophique : 99% des élus considèrent que la situation du logement en France est un problème très ou assez important et 78% des Français estiment qu’il est aujourd’hui difficile de trouver un logement en France.« Les enjeux socioéconomiques actuels tels que les problèmes de chômage (à 44%), de santé (à 41%) et de pouvoir d’achat (à 40%), vampirisent l’essentiel des préoccupations des Français en cette période de crise. Dans ce contexte, le logement reste néanmoins un problème majeur et une préoccupation personnelle surtout pour les plus jeunes (30% auprès des moins de 35 ans), les locataires (27%), les ménages aux revenus modestes (26%) et les Franciliens (26%) ». La situation ne semble pas prête de s’arranger : 76% des Français anticipent en effet une situation dégradée pour les générations à venir. L’objectif pour les années à venir est donc désormais celui d’une France de bienlogés pour 86% des Français et 81% des élus. «  L’idéal d’une France de propriétaires ne fait plus recette : seulement 12% des Français et 18% des élus l’appellent de leurs vœux ».

Le logement acquis ou loué corrélé au pouvoir d’achat

La question du logement est plus que jamais corrélée à celle du pouvoir d’achat. Les Français estiment à leur très grande majorité qu'au cours des dernières années, le prix à l'achat des logements a augmenté aussi bien dans le neuf (83%) que dans l’ancien (79%).Ce problème est également pointé par les élusqui jugent à 58% la situation insatisfaisante en matière de prix des loyers sur leur territoire. Selon les Français, c’est la raréfaction du foncier et la hausse du prix des terrains (55%) qui constitue la principale raison de la hausse des prix des logements neufs, bien avant les marges des promoteurs (43%) et l’augmentation des coûts de construction liés aux normes (39%).

Un jugement très critique sur la politique nationale du logement

Selon le sondage ,61% des Français estiment que le Gouvernement consacre une place peu ou pas importante aux problématiques du logement, alors qu’ils sont 63% à considérer que les élus locaux y consacrent une place assez ou très importante.  « Les dispositifs actuels proposés par l’État ou les collectivités locales sont dans leur majorité mal connus ou jugés insuffisamment efficaces : seul le prêt à taux zéro, qui bénéficie d’une bonne notoriété auprès du grand public, recueille les faveurs des Français (58% le jugeant efficace) ».Les Français (74%) comme les élus (76%) attendent du Gouvernement qu’il modifie les choses en profondeur en matière de logement.

Une demande unanime pour une nouvelle approche et de nouvelles solutions

La demande des Français est à la fois quantitative et qualitative pour offrir à chacun la possibilité de disposer d’un logement adapté à ses besoins et à ses moyens. À l’échelle de la France comme dans leur ville, ils souhaitent la construction de logements d’urgence pour les plus démunis (respectivement 92% et 80%), de logements sociaux (88% et 78%) et de logements en accession (85% et 78%). « Pour y parvenir, 8 à 9 Français sur 10 sont favorables à plus d’intervention des pouvoirs publics pour encadrer et réguler les prix de l’immobilier et du foncier, mais aussi pour initier et soutenir une politique de construction à même de pallier la pénurie actuelle de l’offre de logements ». Les élus s’expriment de façon tout aussi massive en faveur de mesures interventionnistes(ex : 93% pour faire baisser le coût de revient de la construction) et régulatrices(ex : 82% pour l’encadrement des prix du foncier public) et se montent très réceptifs aux propositions allant dans le sens d’une simplification des règles de gestion technique et administrative de la politique du logement (ex : 67% pour la combinaison des principaux documents d’urbanisme en un seul).

Source

Copyright : Fotolia.com

Elisabeth Lelogeais

Publicité
Crédit Immobilier

Crédit Immobilier Avez-vous pensé à votre Crédit ? ImmoStreet.com vous propose de faire une simulation en ligne gratuite.
Faire une simulation ›

  Historique de ma visite